Alors voilà.

Les mots glissent avec une telle fluidité dans ma bouche que je sens à peine mes lèvres se mouvoir. Le reste du monde et ses gesticulations coutumières se jouent devant moi, je ne suis qu’une spectatrice illuminée. Mes yeux courent entre les lignes. D’un caractère à l’autre, d’une image à l’autre, d’un univers à l’autre. Toujours à ce rythme frénétique dont j’admire amoureusement comme haineusement le film émotionnel. La transcendance de l’imagination sur les sens. Lire. Narrer. C’est ma passion. Un Art qui possède la faculté de m’hypnotiser. Il y a la musique aussi. Lorsque ses accords se mettent à faire battre mon cœur, je n’ai plus de matérialité, je danse, danse, danse, folle et éperdue. Je suis un personnage de fiction. Jeune femme déboussolée avec ses quelques addictions dissimulées et bien trop de réflexions refoulées.

Alors voilà.